ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Nanine Charbonnel site personnel 
 
 
Rubriques

Liens

 Home  | Album-Photo  | Contact

Herméneutique

 
 
Préface de Thomas Römer, 
Professeur au Collège de France
 
 
 
4e de couverture : 
POINTS FORTS Un livre sérieux sur l’inexistence de Jésus ! Pas de querelle contre le christianisme, pas de dénonciation d’une manipulation, mais une immersion du lecteur dans la culture juive de la Bible hébraïque, et la mise en évidence des mécanismes intellectuels qui ont permis l’écriture de ces œuvres d’art admirables que sont les Évangiles : Jésus-Christ est une ‘’figure de papier’’, c’est-à-dire inventée dans l’écriture, mais sublime, car liée aux plus grandes attentes de la Bible juive. Profondément scientifique, argumenté, ce livre est écrit par une philosophe de culture chrétienne, et attachée à ses apports de civilisation. 
 
Depuis plusieurs siècles, les esprits critiques qui refusent à juste titre la foi en un Dieu fait homme croient pouvoir se replier sur une distinction faussement simple : entre un ‘’Jésus historique’’ (mais dont on ne sait rien) et un ‘’Christ de la foi’’ qu’on laisserait au domaine religieux. Cette position est une impasse, dont il est urgent de sortir. La véritable scientificité consiste à examiner comment les textes évangéliques appartiennent à la culture hébraïco-grecque du midrash : tout se passe dans le texte et uniquement en lui, conformément aux textes sacrés hébreux où la parole et la réalité ne sont pas différenciées. Il ne faut rien exclure de ce qui arrive aux personnages des Évangiles, miracles compris, puisque cela fait partie intrinsèquement de leur signification. De plus, la figure du personnage Jésus (Yeshoua, M. Salut) est le résultat d’une double ‘’personnification’’ : celle du peuple juif et de la présence de Yahwé dans son peuple. Les rédacteurs des Évangiles ont procédé à un admirable travail, en dehors de toute existence historique des personnages, et en dehors aussi des catégories que l’on a l’habitude de manier (légende, littérature, etc.). Il s’agit de textes entièrement symboliques, et entièrement élaborés dans le cadre du judaïsme de l’époque. Seule une confusion herméneutique, c’est-à-dire le fait de prendre au propre ce qui devait être pris au figuré, accentuée par la multiplicité des langues utilisées à l’époque (hébreu, araméen, grec), explique la croyance ultérieure en un homme existant. Nous devons tous nous réapproprier des œuvres de pensée aussi étonnantes. 
 
L’auteur : Professeur des Universités en Philosophie, Nanine Charbonnel spécialiste des questions d’herméneutique, a élaboré une théorie philosophique de la métaphore et de la ressemblance, et propose une relecture de la modernité en liaison avec la (mauvaise) compréhension du sens propre et du sens figuré.  

 

(c) Nanine CHARBONNEL - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 13.04.2017