ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 
  
Nanine Charbonnel site personnel 
 
 
Rubriques

Liens

 Home  | Album-Photo  | Contact

D'aujourd'hui à hier Livres et articles chron

les livres sont en rouge, les articles en bleu 
 
°nov.2020 Tribune 
Comment distinguer insulte et caricature ? 
En cessant de confondre réalité et fiction
 
 
Nanine CHARBONNEL 
Professeur de philosophie à l'université de Strasbourg. Dernier ouvrage paru, Jésus-Christ, sublime figure de papier, Berg International, 2017 
 
Tant qu'on soutiendra l’action de montrer des caricatures en parlant seulement de « liberté d'expression », on n'avancera pas.  
L'important est de faire saisir à tous la différence entre l'insulte et la caricature. La liberté d'expression a des limites, celles de l'insulte ; la caricature n'en a pas, parce qu'elle est fiction. 
L'insulte (l'injure, l'invective) consiste à attaquer l'honneur de quelqu'un, à médire ou à calomnier, « dans la vie réelle », en affirmant des choses que l'on pense réelles (ou en mentant) pour diffamer et amoindrir une réputation. Elle se place dans le domaine de la praxis, elle veut toucher une personne et faire mal. 
Or la caricature est d'un autre niveau, d'un autre ordre dirait Pascal. La fiction consiste à ''faire comme si''. Ce n'est pas un canular, ni une mystification, ni un mensonge ; l'esprit humain a cette possibilité de jouer, en langage ou en dessin. Croire qu'une caricature insulte Mahomet, c'est croire qu'un héros de roman existe réellement, que tel acteur est le personnage qu'il joue, qu'une métaphore est à prendre au pied de la lettre. 
 
Par définition, la fiction imite la réalité ; donc elle fait comme si elle se moquait, elle insultait, mais c'est une fiction. Elle ne relève pas du vrai et du faux, ni du bien et du mal, mais du pertinent ou pas, du réussi ou du raté. Les caricatures sont des fictions qui ont pour moyen de grossir le trait, d'exagérer ; elles peuvent être ratées si elles ne font pas rire ; mais leur seul but est celui-là : faire rire. Confondre la caricature avec l'insulte, c'est confondre le roman et la science, la pièce de théâtre et le reportage, le jeu et le réel. C'est confondre la carte et le territoire. 
 
Pourquoi ne dit-on pas ces évidences ? Le plus gros obstacle réside sans doute dans la psychologisation galopante de notre société ; dernier exemple, dans le Monde du 31 octobre, une tribune titre sur la « haine de Macron à l'égard des commerçants » ! Il ne vient pas à l'idée de l'auteur d'expliquer autrement la fermeture (mondiale!) de magasins à cause du confinement sanitaire. S'il est ainsi courant de confondre l'épidémie et la supposée haine dont serait coupable le Président, alors on ne peut s'étonner que les élèves (et des parents) musulmans interprètent la fiction qu'est une caricature, comme étant une insulte psychologique. 
 
Il est vrai, si l'on veut entrer dans une analyse philosophique plus profonde, que la dimension religieuse, de quelque religion que ce soit, consiste fort souvent en une ''prise-indue-au-propre'' de textes dit sacrés. Mais le progrès vient quand on reconnaît leur dimension de sens figuré, de symbole. En sont incapables les terroristes, mais aussi les dignitaires religieux quand ils prennent des caricatures pour des offenses. 
Kierkegaard écrivait : « Le feu prit un jour dans les coulisses d'un théâtre. Le bouffon vint en avertir le public. On crut à un mot plaisant et l'on applaudit ; il répéta, les applaudissements redoublèrent. C'est ainsi, je pense, que le monde périra dans l’allégresse générale des gens spirituels persuadés qu’il s’agit d’une plaisanterie ». Il faut inverser l'anecdote, c'est aussi en se trompant dans l'autre sens, en prenant le coup de feu dans la pièce de théâtre pour un vrai coup de feu, que le monde périt, ou du moins certains innocents. 
 
 
°janvier 2021 La FIN du Monde 
 
Que le Monde se soit EXCUSÉ pour un dessin où le caricaturiste (Xavier Gorce) faisait un excellent ''mot d'esprit'' en utilisant toutes les propriétés de la bonne caricature (exagération, impossibilité du cas, sourire libérateur) signe pour moi (qui ai aimé longtemps Le Monde du plus bel ''amour intellectuel'' comme dirait Spinoza) la fin d'un monde... 
Et je comprends mieux pourquoi le dit journal n'a pas publié ma tribune ci-dessus! 
 
 
 
 
 
°2017 
 
 
 
Voir onglet Jésus-Christ 
 
 
 
 
°septembre 2014 chez Georg Olms Verlag 
Critique des métaphysiques du propre. La ressemblance et le Verbe  
 
 
 
640 p. 
 
Lien vers http://www.olms.de/search/Detail.aspx?&pr=2008591 
 
 
Professeur de philosophie à l'université de Strasbourg, Nanine Charbonnel s'est fait connaître par ses travaux sur la métaphore et la ressemblance, puis par les trois volumes iconoclastes Philosophie de Rousseau (2006), ainsi que l'analyse détaillée de la ''métaphore'' du Corps politique (Comme un seul homme. Corps politique et corps mystique, 2010). 
Elle approfondit ici sa relecture de l'histoire de la métaphysique pour mieux comprendre les impasses tragiques aussi bien que les apports de la modernité. Ce sont les assises même de la métaphysique occidentale qu'il faut fouiller : c'est-à-dire les liens de la métaphysique et de la théologie, en soulignant le caractère exceptionnel de ce patrimoine, qui devrait être à ses yeux le lieu d'étude privilégié des non-croyants. Elle passe au crible ces constructions théologiques, qui sont majeures anthropologiquement car traitant de façon inouïe la question de l'imitation, et montre leurs mécanismes étonnants, liés explicitement à la théologie du Verbe incarné : la prise-indue-au-propre d'énoncés qui devraient être pris au sens figuré. Davantage, elle soutient qu'on assiste dans la modernité corrélativement à cette montée de la prise indue au (sens) propre, à l'apologie du ''propre-à-soi'', qui sécularise pour l'homme ce qui avait été dès les Grecs pensé pour Dieu, c'est-à-dire la non-prise en considération des relations. 
 
**Voir table des matières détaillée à l'onglet suivant ''Métaphysique''**> 
 
Voir CR in Revue Philosophique de la France et de l'étranger, PUF, 2016, n°2, pp. 241-243, à l'onglet suivant 
 
Nanine Charbonnel, Professorin für Philosophie an der Universität Straßburg, ist durch ihre Arbeiten über die Metapher und die Ähnlichkeit bekannt geworden, sowie durch ihre drei nonkonformistischen Bände Philosophie de Rousseau (2006) und die detaillierte Analyse der „Metapher“ des politischen Körpers (Comme un seul homme. Corps politique et corps mystique, 2010. 
Im vorliegenden Buch vertieft sie ihre Neuinterpretation der Geschichte der Metaphysik, um die tragischen Sackgassen, ebenso wie die Beiträge der Moderne besser zu verstehen. Es sind die Fundamente der abendländischen Metaphysik, an denen man weiterarbeiten muss: nämlich die Zusammenhänge zwischen der Metaphysik und der Theologie, wobei der außerordentliche Charakter dieses Erbes hervorgehoben werden muss, das nach Meinung der Autorin der bevorzugte Ort der Forschung der Nicht-Gläubigen ist. Charbonnel durchforscht die anthropologisch wichtigsten theologischen Konstruktionen, da diese in ganz neuer Weise die Frage der Nachahmung behandeln, und zeigt ihre erstaunlichen Mechanismen, die explizit mit der Theologie des fleischgewordenen Wortes verbunden sind: unpassender Weise werden Ausdrucksweisen im eigentlichen Sinne benutzt, die man im übertragenen Sinne hätte verstehen müssen. Überdies zeigt die Autorin, dass man in der Moderne wechselweise das erwähnte Aufkommen der unpassenden Verwendung des eigentlichen Sinnes und die Apologie des „Eigentlichen an sich“ unterstützt, die für den Menschen das säkularisiert, was seit den Griechen als Gott gedacht war, das heißt die Nicht-Berücksichtigung der Beziehungen. 
 
 
 
 
 
°Janvier 2013,  
Nanine Charbonnel, ''La voix de la nature chez Rousseau, un nouveau type de fiction'', in 
SCRIPTA PHILOSOPHIÆ NATURALIS , n° 3, janvier-juin 2013, ISSN 2258-3335, pp.67-97, en ligne seulement : 
Lien vers http:// scriptaphilosophiaenaturalis.files.wordpress.com/2012/12/nanine-charbonnel-la-voix-de-la-nature-chez-rousseau-un-nouveau-type-de-fiction.pdf/ 
Il s'agit d'extraits du livre (en trois volumes) de 2006 
 
 
 
°Septembre 2012  
Nanine Charbonnel, "Par-delà propre et figuré. Le rousseauisme, un nouveau christianisme", in Études sur le XVIIIe siècle : Jean-Jacques Rousseau (1712-2012). Matériaux pour un renouveau critique, volume composé et édité par Christophe Van Steen, Éditions de l'université de Bruxelles, 2012, pp. 171-184  
Lien vers  
http://www.editions-universite-bruxelles.be/fiche/view/2704
 
 
Voir onglet Rousseau, articles 
 
 
°Juin 2012 
Nanine Charbonnel, ''Le naturel chez Rousseau : une construction anthropologique'', in SCRIPTA PHILOSOPHIÆ NATURALIS , n° 2 juillet-décembre 2012, ISSN 2258–3335, pp. 151-180, en ligne seulement : 
Lien vers http://scriptaphilosophiaenaturalis.files.wordpress.com/2012/06/nanine-charbonnel-le-naturel-chez-rousseau-une-construction-anthropologique1.pdf  
Il s'agit d'extraits du livre (en trois volumes) de 2006  
 
 
 
°Avril 2012 voir onglet suivant NOUVEAU *** 
 
Il s'agit d'un ouvrage entièrement nouveau 
 
 
 
°Septembre 2011  
Nanine Charbonnel, ''Peut-on parler d’un rôle négatif de l’herméneutique biblique sur la théorie ricoeurienne de la métaphore ? '', in 
Paul Ricoeur : un philosophe lit la Bible : à l'entrecroisement des herméneutiques philosophique et biblique, ouvrage collectif dirigé par Pierre Bühler et Daniel Frey, Genève : Labor et Fides, 2011, pp.107-121 
Lien vers  
http://www.laboretfides.com/?page_id=3&product_id=687087
 
Voir google-books : Lien vers  
http://books.google.fr/books?id=n2Ubl8WO6FwC&pg=PA107&lpg=PA107&dq=nanine charbonnel&source=bl&ots=jPlYXAEoj8&sig=dCGF7TNqQWvKjM_LdW3il47UW6c&hl=fr&sa=X&ei=AZ7MUJ_3NZKZ0QXYj4HgAg&ved=0CF4Q6AEwCDjAAg#v=onepage&q=nanine charbonnel&f=false/
 
 
 
°2 Juillet 2010 
Nanine Charbonnel, "Le Christ fusillé de Goya''
Lien vers 
http://jeancletmartin.blog.fr/2010/07/02/le-christ-fusille-de-goya-8900524/
 
 
 
 
°2010 
Nanine Charbonnel, Comme un seul homme  
voir onglet : Corps politique 
 
 
 
 
 
°Novembre 2009
Nanine Charbonnel, "Jean-Jacques Rousseau ou les figures prises-au-propre", in New Chapters in the History of Rhetoric, edited by Laurent Pernot, Leyde : Brill, Brill’s series International Studies in the History of Rhetoric, 2009, pp.287-301 
 
 
lien vers http://www.brill.nl 
[This volume gathers over forty papers by leading scholars in the field of the history of rhetoric. It illustrates the current trends in this new area of research and offers a great richness of insights. The contributors are from fourteen different countries in Europe, America and Asia] 
 
 
 
°Janvier 2009
Nanine Charbonnel, ''Dérives philosophiques de la théorie de la métaphore : Ricoeur et Derrida sur de mauvais radeaux'',  
in D.Jamet (dir.), Dérives de la Métaphore, (colloque de Lyon, octobre 2006), Paris : L'Harmattan, 2009, pp. 211-226 
Lire l'Introduction à l'onglet Ricoeur, Derrida 
 
 
 
 
°2006, éditions Aréopage - site :  
E-mail à editions@areopage.info> 
lien vers http:www.editions-areopage.com 
tél : 03.84.24.77.76  
Nanine Charbonnel, 
Philosophie de Rousseau
 
850 pages 3 volumes indépendants: 
* Comment on paie ses dettes quand on a du génie 
** À sa place. Déposition du Christianisme 
*** Logiques du naturel 
 
Lire le plan détaillé à l'onglet Philosophie de R  
- critiques de presse : Lien vers http://www.parutions.com/index.php?pid=1&rid=76&srid=0&ida=7342 
 
 
 
 
 
°2001 Nanine Charbonnel, Préface à Roland Schmetz, L'Argumentation selon Perelman. Pour une raison au coeur de la Rhétorique, Namur : Presses universitaires de Namur 
 
 
 
°1999 Nanine Charbonnel,"Métaphore et philosophie moderne", in La Métaphore entre philosophie et rhétorique, (dir. avec Georges Kleiber), Paris : Presses Universitaires de France, 1999, 245 pages, pp. 32-61. 
lire ici: 
Lien vers https://mariangelaalbano.files.wordpress.com/2015/01/charbonnel-metaphore-et-philosophie-moderne-tache-aveugle-rhetorique.pdf 
 
 
 
 
 
 
°1997 "Eloge de l'éloge", in Nanine Charbonnel (dir.), Le don de la parole, Berne : Peter Lang, pp. 1-11. 
 
 
 
°1991-1993, Nanine Charbonnel, La Tâche aveugle en 3 volumes indépendants : 
 
*1991 Les Aventures de la Métaphore , Presses universitaires de Strasbourg, 310 pages 
NB Ce livre n'est pas épuisé, envoyer un mail à l'auteur  
 
**1991 L'important, c'est d'être propre , Presses universitaires de Strasbourg, 280 pages 
 
***1993 Philosophie du modèle , Presses universitaires de Strasbourg, 246 pages  
Lire le plan de ces trois volumes à l'onglet Métaphore  
 
 
 
 
 
°1992 ''Rhétorique antique et philosophie moderne'', in La Rhétorique. En hommage à Octave Navarre, Colloque international ''La rhétorique grecque'', (Nice, déc. 1992), Nice: Publications de la Faculté des Lettres, 1994, pp.277-290 
p.12, dans la présentation par les organisateurs du colloque, Jean-Michel Galy et Antoine Thivel:  
"A ce grave problème la brillante communication, largement documentée et pleine d'idées neuves et stimulantes, de Nanine Charbonnel, apporte peut-être un commencement de réponse: il faut en finir, dit-elle, avec les critiques de ceux..." 
 
 
 
°1988 Nanine Charbonnel, Pour une Critique de la Raison éducative, Berne : Peter Lang, 193 pages 
Voir onglet Pour une critique... 
 
 
°1987 Nanine Charbonnel, Sur le Wilhelm Meister de Goethe,  
Cousset (Fribourg, Suisse) : Delval, 260 pages 
Voir onglet Wilhelm Meister... 

 

(c) Nanine CHARBONNEL - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 14.03.2021